top of page

Jeux d'esprit et "écoblanchiment" : Les arguments fallacieux des apologistes des sectes



Luigi Corvaglia


1- Le paradigme du flingueur aux yeux croisés


Il y a deux façons de faire mouche . La première consiste à bien viser et à atteindre le cercle le plus proche de la cible. L'autre consiste à frapper au hasard et à dessiner la cible autour du trou que nous avons fait. Ce deuxième système est plus efficace, mais seulement si personne ne nous regarde tirer. Un groupe de sociologues qui a monopolisé l'étude des "nouveaux mouvements religieux" est un bon exemple de ce deuxième type. Ces auteurs, regroupés autour du Centro Studi Nuove Religioni (CESNUR) à Turin, en Italie, avancent une thèse simple et unique dans des centaines d'articles mutuellement reconnus, dans une sorte de revue croisée, à savoir que la manipulation mentale est un mythe. Il s'ensuit que les "sectes" qui abusent de leurs adeptes ne sont rien d'autre qu'une "panique morale" créée par un mouvement anti-sectes fantôme "dépourvu de crédibilité scientifique". En bref, les gens rejoignent des sectes destructrices de leur plein gré, après une évaluation rationnelle, et y restent. Cette description est faite dans l'indifférence totale de l'énorme quantité d'études de psychologie expérimentale, de neuropsychologie et de psychologie sociale sur la persuasion et l'influence sociale. En fait, il est clair depuis des décennies que les décisions individuelles et collectives défient la rationalité et que l'esprit humain est sensible à la suggestion et aux erreurs systématiques qui peuvent être exploitées par ceux qui souhaitent les diriger (Tversky & Kahneman, 1979 ; Cacioppo & Petry, 1984 ; Damasio, 1984 ; Zimbardo, 2002 ; Budzynska & Weger, 2011). Il y a quelqu'un qui a reçu un prix Nobel pour ces études sur la manipulabilité de l'esprit : Daniel Kahneman. L'influence sociale et le pouvoir de la perception de soi comme membre d'un groupe (auto-catégorisation) dans la détermination des actions est un héritage consolidé de la connaissance scientifique (Turner, 1987, 1991, Turner & Reynolds, 2012). L'existence de techniques de persuasion est à la base des stratégies de marketing et de propagande politique (Cialdini, 2017 ; Sharot, 2018). Malgré cette masse indéniable de données sur la persuasion compilées par les disciplines réellement pertinentes pour de telles études, les sociologues susmentionnés répètent en chœur que la "science" a rejeté la théorie du "lavage de cerveau". Quelle science ? La leur, c'est-à-dire des études basées sur des données telles que le prosélytisme et les taux de rétention dans les nouveaux mouvements religieux. Toutes les études psychologiques et neurobiologiques ne comptent pas. Cette approche s'apparente à un groupe de garçons refusant de jouer au football et décidant donc de clôturer un nouveau terrain plus petit, définissant ainsi les règles d'un nouveau jeu, en décidant qui peut et ne peut pas jouer, et en déclarant finalement que ceux qui jouent au football traditionnel ne jouent pas vraiment au football. C'est comme dessiner la cible autour du trou.


2 - Les sophismes argumentatifs


A ce stade, il est légitime de se demander à quel jeu se livrent ceux que nous appelons les "apologistes des sectes" sur leur nouveau terrain de jeu. La réponse est rapide : essentiellement en utilisant des arguments fallacieux. Il en existe trois principales :


1 argument d'homme de paille

2 empoisonner le puits

3 petitio principii


a) L'argument de l'homme de paille


L'"argument de l'homme de paille" est une astuce utilisée par ceux qui veulent gagner un débat sans en aborder le contenu. Il consiste à attribuer à l'autre partie un argument qu'elle n'a jamais avancé. Bien entendu, la thèse doit être non seulement fausse, mais aussi manifestement absurde, grotesque ou ridicule et donc facile à réfuter. Dans le cas des apologistes, l'homme de paille est le "lavage de cerveau". De même que tous les psaumes se terminent par la gloire, toutes les reconstructions historiques du concept de lavage de cerveau faites par les apologistes des sectes se terminent par une citation du vieux film The Manchurian Candidate avec Frank Sinatra. Ce film raconte l'histoire d'un vétéran de la guerre de Corée qui, en réponse à un certain stimulus, a été reprogrammé en un automate hétérodirect et chargé de tuer le candidat à la présidence des États-Unis. Cette version cinématographique et grotesque de la manipulation sert à souligner l'absurdité de l'idée et donc à protéger les gourous, les démagogues et les chefs de secte des accusations de la pratiquer. Il n'y a qu'un seul problème avec ce raisonnement : personne ne croit au candidat mandchou, personne n'a jamais soutenu la thèse du lavage de cerveau. Ce que les chercheurs entendent par manipulation mentale n'a absolument rien à voir avec l'hypothèse du candidat mandchou. Pour mieux comprendre la différence entre la persuasion indue et Hollywood, il est utile de lire un livre de l'écrivain japonais Haruki Murakami. Dans son livre Underground (1997), il raconte l'attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995, au cours de laquelle treize personnes ont été tuées et 6 000 autres empoisonnées. Murakami écrit que les adeptes de la secte religieuse connue sous le nom d'Aum Shinrikyo (La vérité suprême) qui ont perpétré l'attentat "n'étaient pas des victimes passives, mais cherchaient activement à être contrôlés". Il décrit comment la plupart des membres d'Aum ont "déposé toutes leurs précieuses richesses personnelles d'estime de soi" dans la "banque spirituelle" du chef de la secte, Shoko Asahara. Leur objectif était de se soumettre à une autorité supérieure, à la représentation de la réalité de quelqu'un d'autre. Ce qui constitue peut-être un groupe abusif et totalitaire, c'est la construction préméditée d'un système qui sélectionne et soutient cette fuite de la liberté, en la renforçant par des étapes lentes et graduelles, en jouant sur la culpabilité et la honte. Il ne s'agit peut-être pas d'un "lavage de cerveau", mais il s'agit certainement d'une manipulation, d'une persuasion indue, car elle vise à l'exploitation. Nous parlons ici de mécanismes connus des neurosciences, de la psychologie sociale, de l'"économie comportementale" de Kahneman - qui a reçu un prix Nobel pour avoir révélé les erreurs systématiques (biais) et les heuristiques irrationnelles de notre cerveau utilisées par le marketing et la propagande - et de la linguistique cognitive de Lakoff (2004), qui met l'accent sur la nature persuasive du langage. Il a expliqué comment l'utilisation de termes spécifiques active des cadres cenceptuels qui guident la perception de l'auditeur. Pour le nier, il faut être très ignorant ou de très mauvaise foi. Une erreur importante dans la discussion du sujet a été de définir la persuasion comme une construction composée d'une seule dimension. S'il n'y a qu'une seule forme de persuasion, elle sera toujours licite pour quelqu'un ("nous persuadons tous et sommes tous persuadés") alors que pour d'autres, elle peut parfois être maligne. Mais ils ne savent pas où tracer la ligne pour la séparer de la persuasion licite. Il est donc nécessaire d'introduire une dimension souvent ignorée : le but du persuadeur, c'est-à-dire la dimension de l'intérêt. Il s'agit d'une dimension que nous pouvons définir dans un axe dont les deux pôles sont l'égoïsme (intérêt pour nous-mêmes) et l'altruisme (intérêt pour les autres). L'introduction de cette nouvelle dimension amplifie l'éventail des connotations et des typologies expressives de la persuasion. Celles-ci peuvent être reproduites dans l'espace en croisant deux axes selon a tradition des modèles de circumplex utilisés en psychologie (fig. 1).



fig. 1 - modèle circumplex de la persuasion indue (Corvaglia, 2019)

On peut en déduire deux choses :


1- La première est que l'accent ne doit pas être mis sur le lavage de cerveau par des méthodes spécifiques, mais sur la persuasion à des fins d'exploitation. Il s'agit de manipulation. L'attention doit être portée sur le "pourquoi" et non sur le "comment".


2- La deuxième chose que l'on peut facilement déduire du diagramme que j'ai présenté est que l'idée selon laquelle les anti-cultistes veulent censurer la persuasion dans son ensemble est fausse, puisqu'un seul des quadrants représente le domaine du contrôle de l'esprit. Il s'agit en fait d'un autre argument de l'homme de paille.


b) L'empoisonnement du puits


L'expression "empoisonner le puits" est utilisée pour décrire un argument qui consiste à délégitimer à l'avance les propos de l'adversaire en mettant en doute sa crédibilité ou sa bonne foi. De cette manière, tout ce qu'il dit peut être ignoré, considéré comme faux ou non pertinent par le public. Le public peut ainsi ignorer tout ce qu'il dit, le considérer comme faux ou sans intérêt et dire : "puisque vous êtes mauvais, ce que vous dites ne mérite pas d'être pris en considération". La diffamation constante des militants, des universitaires et des associations qui s'intéressent aux groupes totalitaires ne vise certainement pas à discuter leurs arguments, mais à jeter le doute sur leur crédibilité. En effet, les militants qui s'opposent à l'action des sectes sont néanmoins taxés de non-scientifiques (à cause du mythe du lavage de cerveau), d'illibéraux (parce qu'ils sont hostiles à la "liberté de culte"), voire de complices du despotisme. Tout ce que dit le "mouvement antisectes" est donc infondé.


Fig. 2 - Introvigne présente une diapositive intitulée "L'anti-cultisme et la guerre en Ukraine" où l'on peut voir une belle photo de moi

c) Petitio principii (ou "sophisme de la question posée")


La technique la plus sophistiquée, qui peut même être considérée comme un véritable jeu d'esprit, est le "sophisme de la question posée" (petitio principii). Il s'agit d'une erreur dans laquelle les prémisses contiennent déjà l'affirmation que la conclusion est vraie. En d'autres termes, la conclusion est déjà considérée comme acquise dans les prémisses. Massimo Introvigne (1993) nous en donne un merveilleux exemple. Il a trouvé le moyen le plus ingénieux de proposer le concept selon lequel les anti-sectes croient en un phénomène non scientifique en divisant le mouvement anti-sectes séculier en un mouvement contre-sectes religieux. Il combine la division "séculier-religieux" avec une division en mouvements "rationalistes" et "post-rationalistes". Les rationalistes, selon l'auteur, sont ceux qui croient que les "sectes" attirent leurs adeptes par la fraude, la tromperie. La tromperie n'est pas surnaturelle, elle est donc rationnelle. Par conséquent, il y aura à la fois des mouvements anti-sectes rationalistes et des mouvements contre-sectes rationalistes. Introvigne écrit :


Les anti-sectes mettront l'accent sur les caractéristiques séculières de la fraude (par exemple, les miracles "bidons") et les contre-sectes sur ses éléments religieux (par exemple, la "manipulation" des écritures), mais la fraude reste proéminente.


Les mouvements qui imaginent une intervention surhumaine ou surnaturelle pour expliquer le succès des sectes sont plutôt qualifiés de post-rationalistes. Les mouvements contre-sectes postrationalistes théorisent l'intervention de Satan. Le diable est l'explication surnaturelle privilégiée par les religieux. Se référant aux critiques laïques qu'il appelle les mouvements anti-sectes, l'auteur écrit : "Le diable est l'explication surnaturelle privilégiée par les religieux :


En effet, pour leurs homologues laïcs des mouvements anti-sectes, les sectes ont le pouvoir plus qu’humain de "laver le cerveau" de leurs victimes; mais, comme il a été noté, le "lavage de cerveau" dans certaines théories anti-sectes apparaît comme quelque chose de magique, la version moderne du mauvais œil.


fig, 3 - La reproduction schématique de la double division d'Introvigne (1993)


Un coup de théâtre extraordinaire ! Tout d'abord, on nous présente une dichotomie simplifiée mais chargée de sens. Elle est ensuite articulée en une subdivision supplémentaire qui produit quatre boîtes : deux pour les rationalistes et deux pour les post-rationalistes, comme s'il y avait deux étages dans un immeuble. Un étage est rationaliste et l'autre post-rationaliste. À chaque étage, un appartement est occupé par des religieux et un autre par des laïques. Introvigned décrit les locataires du premier étage, les rationalistes, comme très semblables car ils utilisent des explications du même type. Ils sont dans le même cadre (la rationalité), mais il prétend faire la même opération avec les locataires du deuxième étage, les supposés post-rationalistes, qui ne sont en rien semblables. Seul un très faible niveau de vigilance critique peut laisser passer cette analogie. Une vigilance très faible et un cadre efficace, celui de l'absurde ("mauvais œil", "postrationalisme", etc.). Sortons du cadre. L'intervention de Satan est bien une idée surnaturelle, la manipulation mentale une théorie scientifique. S'il est vrai qu'aucune des deux hypothèses n'est universellement acceptée, la première ne l'est pas parce qu'elle n'est pas falsifiable selon la définition de Popper, tandis que la seconde fait l'objet d'un débat précisément parce qu'elle est falsifiable ; il s'agit donc d'une hypothèse scientifique. Cependant, un cadre bien conçu - comme nous l'enseigne George Lakoff - peut créer une illusion de similarité. Plus important encore, les processus logiques normaux sont inversés dans la description présentée ici. Au lieu d'arriver à la conclusion que la théorie de la manipulation est irrationnelle par une série d'étapes logiques successives, le discours ne fait que tourner l'argument en posant cette irrationalité comme prémisse ! Il en résulte une tautologie qui ne peut rien prouver. "Le lavage de cerveau n'étant pas rationnel, les apologistes des sectes promeuvent un concept non scientifique"....


Bien essayé, Massimo !


Il s'agit précisément d'un "sophisme de la question posée", car la même idée est répétée dans la prémisse et la conclusion. Les arguments qui posent la question posée peuvent être persuasifs et masquer le fait qu'une affirmation discutable est présentée comme une vérité.


3 - De l'argumentation fallacieuse aux miroirs de fumée


Les premiers à profiter des erreurs systématiques de l'esprit et à effectuer une manipulation sont précisément ces auteurs.


a) Les apologistes des sectes, des parasites culturels


Les apologistes et les dirigeants des sectes invoquent la liberté religieuse, c'est-à-dire les principes de la société ouverte qui s'appliquent à l'extérieur des sectes, les mêmes principes qu'ils nient à l'intérieur des sectes. En d'autres termes, ils prétendent défendre des sociétés fermées sur la base des principes de la société ouverte. C'est ce que j'appelle le "paradoxe de Salvemini" (du nom d'un penseur libéral italien). Outre le paradoxe, il s'agit d'une forme de parasitisme culturel, car ils se nourrissent de la société ouverte pour alimenter les sociétés fermées.


b) Les apologistes des sectes en tant qu'identitaires


L'activisme des organisations de défense de la "liberté religieuse" associées à ces auteurs est présenté comme une défense des droits, de la liberté, du respect du libre choix, bref de la démocratie. Il n'en est rien. Là où la démocratie signifie l'universalisation des droits et le respect des minorités, la proposition des apologistes de la secte n'est pas vraiment motivée par le respect des minorités, mais elle rappelle beaucoup le différentialisme de l'idéologie identitaire et souverainiste, une idéologie d'extrême droite qui, au contraire, valorise les différences précisément pour s'opposer à l'universalisation des droits. Les identitaires et les apologistes des sectes font appel au "droit à la différence". Bien que cela puisse sembler être une affirmation de l'universalisme et de l'oecuménisme, l'identitaire est un ennemi de la société ouverte. Les identitaires défendent d'autres groupes fermés contre les revendications de la société ouverte afin qu'elle n'interfère pas avec leur propre groupe. Si le citoyen occidental est horrifié par la pratique de l'infibulation ou d'autres mutilations génitales féminines et demande leur abolition, c'est parce qu'il estime que l'universalisation des droits est une valeur qui précède le respect d'une culture qui dégrade les femmes et leur inflige des violences. L'identitaire, quant à lui, estime que les coutumes et traditions des cultures où les droits individuels ne sont pas respectés doivent être protégées car la défense de l'identité précède la défense des droits individuels. les identités sont supérieures aux droits de l'homme. Les apologistes des sectes fonctionnent de la même manière. L'identité de la secte est supérieure aux droits civils qui existent en dehors d'elle. L'appel à la défense des droits par les apologistes des sectes est donc un leurre, un écran de fumée.


c) Le dernier écran de fumée


Enfin, il faut un effort cognitif minimal pour échapper aux pièges des sophismes argumentatifs et comprendre que les Nouveaux Mouvements Religieux, terme que l'on pourrait ironiquement considérer comme le terme "woke" pour les sectes, n'ont évidemment aucune raison d'être défendus au nom des principes libéraux vantés, car dans le cadre libéral-démocratique, la liberté religieuse est intangible. Cette défense est nécessaire pour les sectes abusives précisément parce qu'elles opèrent dans un système démocratique libéral qui condamne les abus et le harcèlement. Toute autre attitude revient à dessiner la cible autour du trou.


fig. 4 - Structures récursives : une photo de moi montrant une photo de Introvigne montrant une photo de moi...(Stuttgart, 2024)

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page